One piece RPG : Remember Of Another World

Forum de type RPG sur la base du manga One piece d'Eiichiro Oda.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seith A. Hallorhan

Aller en bas 
AuteurMessage
Seith A. Hallorhan

avatar


Feuille de personnage
Niveau:
7/40  (7/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Maitrise des revolvers

MessageSujet: Seith A. Hallorhan   Dim 23 Déc - 19:14


♦ PrèZ' ♦


• Dénomination: Seith Alexander Hallorhan
• Surnom: La Terreur Pourpre
• Âge: 28 ans
• Sexe :
• Camp Marine (bien que cela puisse changer à tout moment)
• Grade souhaité : Peu importe
• Équipage souhaité : On verra bien
• Votre fruit du démon : Mero Mero no Mi / Fruit de l'Amour ♥
• Aptitudes : Maniement de pistolets et la navigation (si on peut appeler ça une aptitude)
• Armes : Deux pistolets
• Objectif principal et/ou secondaire : Détruire le Gouvernement Mondial et plus précisément les Tenryuubitos
• Rang personnel: La Terreur Pourpre


► Qui est votre personnage ? ◄



•• Description Physique ••



"Rien n'est plus beau que moi-même", citation de Seith A. Hallorhan.

Qui est cette fabuleuse créature vous demandez-vous ? Eh bien, je vous comprends à vrai dire. Il est vrai que je possède un charisme des plus important, bien qu'il ne soit pas entièrement de mon propre fait. On ne peut en tout cas pas nier que je dégage une certaine aura, la plupart du temps négative et, qu'il m'arrive souvent de me faire remarquer. Mais je sais bien que ce n'est pas vraiment mon aura qui attire les gens, c'est plutôt ce qui est marqué sur ma peau. Ou bien peut-être mes accoutrements aussi, je ne sais pas. En tous les cas, il est vrai que j'aime attirer le regard des gens et que j'aime aussi plaire. Pourtant, cela, personne hormis moi-même ne le sait.

Comment résister à l'envie de toucher ces cheveux aussi sombres que la nuit, tantôt ébouriffés et relevés vers le haut, tantôt suivant les lois de la gravité et couvrant en partie mon front ? Et ce regard à la couleur d'un rubis qui pénètre en vous et vous effraie ou vous séduit, n'est-il pas en harmonie complète avec le sombre des quelques mèches qui parfois croisent ce dernier ? Et je ne vois pas qui pourrait également résister à cette bouche qui, certes, ne sourit jamais mais qui, une fois qu'elle vous tient, vous entraîne pour un long et agréable voyage. Bon d'accord, il est vrai que la plupart du temps, cet ensemble reste plutôt effrayant et peut ainsi repousser. Seulement, je me fiche de ce que vous pensez pour dire vrai. Enfin, je ne suis pas contre les compliments, sachez-le.

Le reste n'est vraiment pas mal non plus et certains l'ont déjà apprécié. Je sais que l'on aime l'étreinte de mes bras puissants, que ce soit grâce à un sentiment de réconfort ou autre. Car oui, je suis plutôt fin, mais il ne faut pas négliger mes muscles parce qu'ils sont bel et bien présents. D'ailleurs, on les aperçois très bien sur mon torse. Mais ces muscles ne sont pas venus tout seuls, il est évident que je m'entraîne souvent afin d'entretenir mon corps est de rester agréable à regarder. Le seul défaut que je pourrais éventuellement avoir serait peut-être mes jambes. Ces dernières ne sont pas plus laides, plus maigres ou quoique ce soit, néanmoins, elles ne me donnent pas une très bonne agilité. Pas en combat du moins... On dit aussi que j'ai de bonnes fesses, musclées et de la bonne taille et, que mon attribut masculin est à la hauteur de mes dires. Le plus important enfin, on remarque forcément toutes ces choses marquées à jamais dans ma peau hâlée. Je parle bien entendu de toutes ces cicatrices qui recouvrent mon corps à différents endroits. Je ne peux les aimer, elles sont un signe évident de mon passé cependant, j'ai appris à vivre avec et je réussis malgré tout à garder mon charme. Et certains auront remarqué ce tatouage étrange sur mon dos, bien que je fais toujours attention à ce que l'on ne le remarque pas. Que signifie-t-il ? Jamais je ne le dirais.

Enfin, au niveau vestimentaire, il est clair que je n'aime pas porter de vêtements. Mais bien entendu, j'en porte comme tout être humain qui garde une conscience d'esprit. J'aime bien m'habiller avec un costume et j'aime aussi porter des yukatas ou ce genre de choses. Habituellement, je porte souvent des chemises qui sont la plupart du temps ouvertes ainsi qu'un pantalon noir semblable à un pantalon de costume. Il m'arrive également d'ajouter des accessoires tels que des plumes au niveau du coup par exemple. Et c'est pour attirer le regard des gens que je ne porte parfois que des vêtements très légers, mais il est vrai que mes vêtements en soit n'attirent pas vraiment l'attention. Cependant, sachez que je hais les shorts plus que tout et qu'en aucun cas je ne compte en porter.





•• Description Mental ••



Superbia
Tout simplement, je suis sans aucun doute le meilleur. Évidemment, je m'aime, j'aime mon corps tout entier, j'aime également mon caractère, ma façon d'être et ma puissance. Je sais aussi que je suis fait pour être connu de tous, il ne peut en être autrement. Je me trouve bien plus haut que Dieu ou n'importe qui, même lorsque je me retrouve à terre face à un ennemi. Pourtant, bien que je sois le meilleur incontesté, il m'arrive de tisser des liens avec quelques personnes seulement, des personnes que je considère comme très bonnes par exemple.
Avaritia
J'aime l'argent et toutes les belles choses de ce monde. La richesse est omniprésente et il n'y a qu'avec la richesse que l'on devient puissant. Et puis, quoi de plus agréable que d'admirer toutes les possessions que l'on a ? Surtout lorsqu'il s'agit de rares et de brillantes possessions. Je n'ai jamais eu la possibilité d'avoir ces choses qui brillent donc forcément, je ne peux que me réjouir lorsque cela m'arrive. Et par mes possessions, je ne parle évidemment pas seulement de trésors à moins bien sûr que vous considérez, comme moi, que certaines personnes sont de vrais trésors.
Invidia
La jalousie est quelque chose qui me ronge, mais ce n'est pourtant pas l'un de mes principaux traits de caractère. J'ai déjà connu des gens tout-puissants qui étaient tout permis, ces gens qui portent des bocal en verre parce qu'ils se sentent supérieurs, ces gens qui n'hésitent pas à enchaîner des gens et leur faire faire tout ce qu'ils désirent. Je déteste plus que tout au monde ces gens et pourtant, d'un côté, je les envie d'être si puissants. Ou plutôt, je leurs envie cette notoriété et ce droit sur les autres sans craindre de représailles. Ce doit, en revanche, n'être que les seuls que j'envie autant.
Ira
Lui, en revanche, est l'un de mes plus gros défauts. J'en ai énormément, de la colère et, je ne peux m'empêcher de la faire sortir à tous moments. Sur ce point-là, impossible de me calmer. Il faut simplement attendre que ça passe. Mais je ne vois pas cela comme un probable car c'est parfois la colère qui me pousse lors d'un combat. C'est également un trait que certains apprécient lors de certains moments privés, un trait qui donne plus de piquant, dirons-nous, à la chose. Non, pour moi, la colère est presque comme un don.
Luxuria
Voilà enfin le point intéressant chez moi, mon plus gros trait de caractère. Le plaisir charnel est ce qu'il y a de plus plaisant et de plus agréable au monde. Je ne suis jamais contre une petite partie de jambe en l'air, comme l'on dit. Je ne le cache nullement d'ailleurs, si quelqu'un me plait alors je ferais tout pour réussir à le mettre dans mon lit. Néanmoins, je ne sais pas si c'est de naissance ou non, mais il se trouve que mon corps n'est attiré que par un genre de personne, qui n'entre pas dans la "norme" comme disent certains. Cela ne m'empêche tout de même pas de m'amuser avec la gente féminine, qui est la plus souvent sensible à mon charme, sans dépasser le stade du flirt.
Gula
On pourrait ici rentrer quelques domaines du trait précédent toutefois, je ne vais pas le faire. Comme tout le monde, j'aime les bonnes choses, qu'il s'agisse de nourriture ou de quoi que ce soit. Je suis d'ailleurs toujours intéressé à découvrir de nouveaux goûts que mes papilles pourraient déguster. Et puisque mon appétit se trouve être insatiable, en quelques domaines que ce soit, je suis toujours en train de déguster encore et encore. Cependant, mon corps, lui, ne subit aucun changement vis-à-vis de ce surenchérissement.
Acedia
Bah ouais, tout le monde est un peu paresseux au fond. Pour ma part, je ne dis jamais non pour une petite sieste, seul ou même accompagné et, j'admets dormir beaucoup la plupart du temps. Mais ce n'est pas tout, je suis aussi un grand flemmard qui refuse de faire plein de choses, par pure paresse. Si je ne me sens pas de me battre, je n'irais tout simplement pas et cela s'applique à toute sorte de situation. Oui, y compris même au niveau du sexe, bien que cela soit très rare.

Malgré tous mes défauts, je ne suis pas un homme si ingrat et affreux à vivre. Je suis, en effet, très difficile comme compagnon seulement, tout ceci n'est qu'une sorte de carapace que je me suis forgé afin de me protéger de ce monde. Au plus profond se cache un peu d'amour pour les autres. Il peut m'arriver d'aimer des gens et lorsqu'il s'agit de mes compagnons, je ne reste souvent pas de marbre et j'agis pour les protéger, à ma manière certes. Néanmoins, cette petite partie de moi est très difficile à trouver alors si vous voulez tenter, je vous souhaite bonne chance.





•• Histoire ••



Prologue

Un mort, un cri de femme, un autre cri, un nouveau-né. Voilà le cycle de la vie qui poursuivait son cours. Un mort pour un né. Le père de cette nouvelle vie, Darui, regardait son fils avec amour et joie. Il coupa le cordon et fixa ce nourrisson quelque instant. Les sages femmes présentes dans la pièce le nettoyèrent ensuite pour pouvoir le donner à celle qui avait fait tant d'efforts. Sa mère, Luna, étira un sourire bienveillant en voyant cette petite tête si mignon. Elle avait l'impression d'avoir mis au monde le petit garçon le plus mignon de l'univers. Mais après tout, quoi de plus naturel pour une jeune mère que d'aimer son enfant plus que tout. La sortie arriva finalement pour le dénommé Seith, il découvrait le monde de ses yeux de nouveau-né et il pouvait respirer l'air pur de l'extérieur.

Cependant, ce léger bonheur familial fut de courte durée. Darui fut tué par un homme une certaine nuit. Pourquoi ? Pour rien, ses parents étaient autrefois des pirates et d'après la marine, ils se devaient de mourir. L'homme de la famille s'écroule au sol, le poumon perforé par une balle et il agonisa, tentant de respirer, mais petit à petit la vie le quittait. Quant à Luna, elle s'enfuit en courant avec son fils puisqu'elle avait le devoir de le sauver en tant que mère. Elle cacha ce dernier dans une cachette qui se trouvait juste derrière la cheminée. Mais à peine eut-elle le temps de fermer la cachette qu'elle fut à son tour tuée par une main lui arrachant le coeur de la poitrine. Un scénario effrayant pour une famille devenue paisible. Et le soldat qui avait tué ces deux gens découvrit, en fouillant, le nourrisson qui restait étonnamment silencieux dans sa cachette. Il le prit avec lui et quitta cet endroit lugubre.



Chapter I – Get it

Les membres de la marine ne savaient pas que faire de ce garçon qui ne se trouvait être autre que moi-même. Soit ils me tuaient, mais ils n'étaient pas cruels au point de tuer des bébés, soit ils faisaient de moi un membre de la marine, ce qui pouvait être une bonne idée, soit ils m'offraient aux plus offrants et gagnaient ainsi un peu d'argent. Ils prirent finalement la deuxième option et me gardèrent avec eux. J'ai ainsi grandi entouré de soldats de la marine qui s'amusaient quelques fois avec le bout de choux que j'étais. Après tout, voir un enfant âgé de seulement quelques jours était rare et c'était peut-être leur seule occupation en dehors de la chasse aux pirates. Par la suite, j'ai vécu quatre années ainsi, à jouer avec les autres, à apprendre d'eux cependant, au fond de moi, quelque chose n'allait pas. Je ne me sentais pas vraiment à ma place dans ce monde contre les pirates. Bizarrement, j'aimais bien leurs vies libres et rebelles. Je commençais alors à parler sans cesse de ces gens, de demander un tas de choses sur les pirates puis je commençais aussi à être plus méchant et insupportable envers les membres de la marine. Finalement, l'homme qui m'avait prit avec lui m'avoua tout lors de mes cinq ans. Il avoua le fait qu'il avait tué mes parents et que j'étais en fait le fils de deux pirates. J'avais beau n'avoir que cinq ans, je me suis mis à pleurer avant de m'enfermer dans une pièce pendant un long moment, me sentant totalement trahi.

Quelques jours plus tard, la base où je me trouvais commençait à manquer d'argent. Les soldats n'avaient plus de quoi payer et avaient du mal à manger quoique ce soit, puisqu'il n'y avait rien. Mais une idée leur vint à l'esprit. Il y avait un sale garnement qui ne sortait jamais et qui mangeait beaucoup. Un gamin qui, à cause de la croissance, engloutissait des tonnes et des tonnes de nourriture. L'option la plus évidente leur vint donc à l'esprit et ils m'amenèrent au marché d'esclaves où je fus vendu. Je n'étais pas contre cette idée, car après tout, je me sentais comme un poids pour ceux qui m'avaient élevé. Je n'ai donc pas dit mot et pas protesté, à aucun moment. On me mit dès lors une chaîne autour du coup qui m'empêchait de fuir ou quoique ce soit, bien que je n'en avais de toute façon pas l'intention parce que je savais le risque que j'encourrais si j'essayais.

Un homme propre et pourtant à la fois répugnant vint observer les marchandises qui étaient proposées. Il fut intéressé par le jeune garçon que j'étais, étant donné que mon âge me permettais de faire beaucoup de travail sans trop me fatiguer et que cela allait être encore mieux avec les années à venir. C'était un soit disant cadeau pour l'anniversaire de ses enfants jumeaux. Il me prit donc avec lui et m'amena dans son "humble" demeure. Une maison, ou plutôt un palais, qui ressemblait à la maison du diable à mes yeux. Non pas à cause de la décoration mais à cause de ce qu'il s'y passait. Le palais en lui-même était gigantesque, on pouvait s'y perdre très facilement lorsque l'on ne connaissait pas les lieux. De plus, elle était vraiment splendide. Les couleurs qui y régnaient étaient le blanc et le doré. Cependant, la plupart des gens présents dans cette maison étaient des esclaves qui n'étaient traités que comme des jouets ou pire, comme des moins que rien. Et encore, le mot est faible.

J'étais désormais âgé de six ans lorsque je venais d'arriver dans ces lieux et comme dit précédemment, j'étais un modeste cadeau pour les deux enfants de la maison. Ces Tenryuubito étaient en fait une famille de quatre, la mère, le père et les deux jumeaux, l'un garçon et l'autre fille. Ces derniers venaient tout juste d'avoir sept ans. Ils étaient vraiment heureux d'avoir un petit esclave rien qu'à eux avec qui ils pourraient faire ce qu'ils voulaient. Tous les jours, je devais ainsi ranger tous les jouets et autres objets qu'ils sortaient, je devais essayer et goûter, dans une assiette séparée, les choses qui paraissaient dangereuses et qui les intéressaient, il fallait aussi que je nettoie toutes les saletés qu'ils faisaient. Ce n'est pas tout, je devais également obéir à chacun de leurs ordres et je leur obéissais véritablement au doigt et à l'oeil, je n'avais pas d'autre choix de toute façon. Les autres esclaves de la maison ne m'appréciaient pas parce qu'ils trouvaient que mon travail était bien trop simple comparé aux leurs, néanmoins, ils ne savaient pas ce que c'était que de travailler pour des gamins de sept ans capricieux et pourris-gâtés alors qu'on était soi-même plus jeune qu'eux et qu'on les enviait du plus profond de son coeur. C'était un travail très dur où l'on était constamment humilié et soumis à un tel point qu'on en gardait des séquelles, notamment la marque de l'esclavage dans le dos. Une marque douloureuse et brûlante qu'on m'avait apposé dès mon arrivée et qui me faisait toujours souffrir.



Chapter II – Slave for you

Sept ans s'écoulèrent ainsi, sept ans de dur labeur, sept ans que j'aurais préféré ne jamais vivre. Et un beau jour, alors que je m'étais rendu en cuisine pour apporter le repas des jumeaux, j'aperçus quelque chose d'intriguant. Il y avait un coffre qui contenait un fruit, assez bizarre il fallait l'avouer. Toutefois, étant donné que je ne mangeais pratiquement rien et le fait de voir ce fruit qui avait l'air sacré alors qu'il n'y avait personne dans les alentours me donnais terriblement envie de le manger. J'en finis ainsi en deux temps trois mouvements et regrettai tout de suite après. Le fruit avait un goût vraiment mauvais, tellement mauvais que j'en aurais hurlé de dégoût, mais je me retins en mettant mes mains devant ma bouche afin de ne pas me faire repérer. Après avoir senti le goût diminuer, je fis comme si de rien n'était et j'apportai le plateau à mes maîtres qui attendaient impatiemment. Cependant, quelque chose d'étrange se passa. Les deux enfants étaient étonnamment gentils avec moi enfin, si l'on pouvait dire gentil. Ils me jetaient toujours des regards hautains derrière le bocal qui entourait leurs têtes néanmoins, ils ne me punirent pas pour mon retard.

Je trouvais que cela était très étrange, mais peut-être qu'après tout, ils étaient devenus plus gentils avec le temps. Un hurlement strident retentit soudainement dans l'immense maison et me fis ressentir un frisson d'effroi. Tous les esclaves allèrent espionner ce qu'il se passait dans la cuisine, l'endroit d'où provenait le cri. Le maître de maison criait après les cuisiniers puisqu'il ne retrouvait plus le fruit qu'il avait mis dans le coffre. J'ai tout de suite compris qu'il s'agissait de ce que j'avais mangé un peu plus tôt et lorsque mon maître expliqua ce qu'était en fait le fruit, je fus à la fois surpris et heureux. Avec ce que j'avais désormais mangé, toutes mes chances n'étaient pas perdues, il me restait un plan. J'avais apparemment dévoré un fruit du démon, un fruit qui donne des pouvoirs. Il ne me restait qu'à trouver ce que c'était exactement et je pourrais trouver le moyen de m'enfuir grâce à mon pouvoir.

Je suis alors sorti un moment dehors dans le but de tester des choses contre un arbre. J'ai donné un coup de poing dedans et rien ne s'est passé à part une douleur vive dans ma main. J'ai tenté de cracher du feu ou quelque chose comme ça et il n'en ressortait que du souffle. J'ai essayé tout un tas de choses, mais rien ne se passait et je commençais vraiment à me demander si ce qu'avait dit le maître de maison était vrai. Finalement, j'ai compris ce qu'était mon pouvoir lorsque je suis reparti en direction de la maison. Les deux jumeaux pour qui je travaillais m'attendaient sur le chemin du retour. J'ai remarqué, à leurs regards et leurs mimiques, qu'ils étaient comme charmés par moi alors qu'ils ne m'aimaient pas vraiment auparavant. C'est là que je me suis dit que mon pouvoir devait être une sorte de fruit de l'amour, qui rend les autres amoureux de vous. Mais j'étais bien loin de connaître l'étendue de sa capacité.

Mon plan était maintenant en place. J'étais vraiment tombé sur un bon fruit pour ma situation. Afin de fuir, il me suffirait de charmer les deux Tenryuubitos afin qu'ils m'enlèvent mon collier explosif. Tout était prêt dans ma tête toutefois, mon plan allait durer un long moment. La première partie de ce dit plan dura sept ans exactement. Encore sept ans... J'ai, pendant ces années, séduit et charmé les deux jumeaux qui s'intéressaient de plus en plus à moi. Mais ce n'était pas tout, j'avais également découvert les pouvoirs que m'apportaient mon fruit. Un pouvoir puissant quand on sait l'utiliser, un pouvoir que j'appréciais tout particulièrement en fin de compte. J'ai cependant dû faire des sacrifices vis-à-vis des jumeaux et j'ai vécu des choses désastreuses à cause de mon fruit, des choses que je n'oserais même pas raconter. Néanmoins, je me disais que tout cela valait la peine, que je serais libre un jour ou l'autre.

La veille du jour J fut le jour le plus terrible pour moi. Le maître de maison découvrit enfin qui avait mangé le fruit du démon sept années auparavant et il appela alors le coupable, c'est-à-dire moi, dans un endroit sombre et froid, un endroit réservé aux supplices et caché de tous : le pire endroit du monde. Alors que j'étais maintenant devenu jeune homme, j'ai subi les pires tortures. Des tortures inimaginables qui marquèrent ma peau à jamais en couvrant mon corps entier de cicatrices pour la plupart visibles, mais également d'autres invisibles. Le lendemain, j'allais mettre mon plan en action, malgré les douleurs atroces que je ressentais à plusieurs parties de mon corps. J'avais donné rendez-vous aux deux jumeaux dans leur chambre, maintenant qu'ils étaient totalement séduits. Je m'y rendis donc et les supplia de m'enlever ce fichu collier qui faisait tant souffrir mon cou. Les jumeaux s'exécutèrent et le retirèrent alors. Moi, qui n'avait plus rien à craindre, je fis semblant d'être attiré par eux pour ensuite les transformer en pierre. En revanche, je ne les ai pas détruits, non, car après tout, c'était grâce à eux que je pouvais me sauver. Je me suis alors enfui du domaine discrètement et aussi vite que possible. Lorsque j'arrivais par on ne sait quel miracle en bas de Marijoa, j'étirai un sourire rare, un sourire de joie immense et de bonheur. J'étais désormais libre.



Chapter III – Highway to power

L'esclave n'était plus esclave, j'étais devenu un homme libre et indépendant, un homme qui pouvait faire ce qu'il voulait quand cela lui plaisait. Mais que faire ? Je ne savais pas ce qu'il allait désormais arriver, j'étais perdu et je n'avais aucun but. Pour le moment, je me dirigeais à l'Archipel Sabondy. Cette île, je la connaissais un peu puisque c'était là où j'étais devenu esclave et c'était aussi là que j'avais été acheté par le Tenryuubito. Cette idée me donna finalement un nouveau but, celui de me venger, mais je n'en avais même pas envie. Bien que je n'avais rien dit lors de ma vente, on ne pouvait pas me reprocher d'en vouloir à ceux qui m'avaient vendu. Néanmoins, je ne savais pas où étaient ceux qui m'avaient vendu et me venger ne servirait à rien au final. Que faire alors ? En repensant à ce que j'avais vécu, je me suis dit que je pourrais faire en sorte que plus personne ne vive ce que moi-même j'avais vécu. Autrement dit, qu'il n'y ait plus d'esclaves et de maîtres, que chacun soit mis sur un pied d'égalité et que l'on tue ces saletés de Tenryuubito. Pour cela, la vengeance était nécessaire. Pas seulement pour moi, mais aussi pour tous ceux qui avaient vécu ou qui vivent la même chose que moi.

Je savais néanmoins que cela ne serait pas une tâche aisée. Pour accomplir mon but, j'avais besoin de puissance, beaucoup de puissance même. Toutefois, je prendrais le temps de m'améliorer, de devenir plus fort voire le meilleur pour sauver ces pauvres esclaves tout en rattrapant les années de libertés perdues. Et je savais également que je ne devrais révéler mon rêve à personne, car l'on n'était pas à l'abri des traîtres. Je devais commencer par me faire un nom. Devenir Pirate ? Non, du moins pas encore, cela serait trop risqué au départ. J'allais, pour commencer, rester neutre tout en agrandissant ma popularité sur ces mers. Et une fois que je le serais assez, je pourrais rejoindre la marine, m'infiltrer en quelque sorte, afin d'atteindre plus facilement mes cibles. Enfin, lorsque je serais assez fort pour lutter contre le gouvernement et avec de l'aide, nous pourrons provoquer un coup d'état qui changera le monde à jamais.

C'est ainsi que j'ai décidé de prendre la mer jusqu'aux Blues pour aller au commencement de tout, là où je serais sûr de ne pas être en danger étant donné que les gens étaient plus faibles. Je suis donc monté à bord d'un navire marchand sans problème, sans aucun doute grâce à mon fruit et, je suis parti. Je m'amusais à voir comment mon fruit pouvait soumettre les autres lors de ce voyage. J'étais considéré comme un Dieu et chaque ordre que je donnais était effectué. Du moins, en parti. Enfin, si bien que j'ai commencé par devenir orgueilleux. Je me sentais nettement supérieur aux autres qui n'étaient que des abrutis. Évidemment, ce genre de pensées était identique à celles de mes anciens maîtres cependant, il est clair que tout humain réagit ainsi face au pouvoir. Je suis finalement arrivé à destination et je suis descendu sur une île qui m'étais totalement inconnue.

J'allais visiter le village présent sur l'île où je venais d'accoster. Elle était vraiment agréable et paisible, les gens étaient gentils, les rires d'enfants régnaient et les oiseaux chantaient. J'ai alors décidé d'y rester tranquillement pendant un moment, d'autant plus que la plupart des habitants étaient très aimables avec moi. J'ai ainsi sympathisé avec tous les membres du village et ceux-ci commencèrent à me considérer comme un leader. Si bien que six mois après mon arrivée, je devins le "roi" de cette île alors que je ne l'avais absolument pas prévu. Cependant, cette situation me plaisait beaucoup et bien évidemment, j'en ai pleinement profité. Le pouvoir me montais à la tête jusqu'à me faire devenir un roi tyrannique qui faisait ce qu'il me plaisait quand il me plaisait. Personne n'osait rien dire, on me pardonnait tout à cause de ma beauté.

Un peu plus tard, j'ai demandé à ceux qui savaient le faire de construire un bateau de taille moyenne pour moi. Les constructions allaient durer un moment, mais j'avais tout mon temps après tout. Pendant de longues années, j'ai également perfectionné mon utilisation de mon pouvoir et j'ai même trouvé deux pistolets que j'ai gardé avec moi. Je m'entraînais lorsque personne ne me voyait et ainsi, personne ne remarqua le changement qui s'opéra sur moi, petit à petit. Le faible et maigrichon jeune homme que j'étais était devenu un homme imposant et bien plus beau qu'avant. J'ai également réussi à cacher plus ou moins ma marque en la couvrant par une autre avec un symbole un peu différent. Tout se passait donc bien pour moi dans le meilleur des mondes. Néanmoins, l'histoire nous a prouvé que les rois tyranniques finissaient toujours à la civière et je n'en faisais pas l'exception. Le peuple se rebella, brûlant l'humble château que j'avais fait construire par pure arrogance et me frappant jusqu'à la mort. Toutefois, la mort ne me voulait pas, elle me rejeta et je pus continuer à vivre. Tout cela se passa un certain soir, quelques années après mon arrivée sur l'île.

Le lendemain matin, le bel Apollon que j'étais se réveilla sur un bateau qui flottait sur la mer. Comment étais-je arrivé là ? Je n'en avais pas la moindre idée, mais mon corps souffrait. Cela m'aida à me rappeler de la nuit précédente où j'avais été frappé jusqu'à ce que mort s'ensuive. J'aurais pu tous les transformer en pierre ces déchets cependant, malgré la tyrannie que je menais, je n'avais pas pu me résoudre à tuer mon peuple. En y repensant, il était vrai que j'avais agis comme un véritable idiot. Le pouvoir m'avait rendu comme ces monstres esclavagistes. À ce moment, je me fis le serment à moi-même de ne plus me laisser abuser par cela et de ne plus jamais devenir tyrannique à nouveau. Enfin, j'étais désormais sur la mer, mais qu'allais-je faire ? Où allais-je ? Je me sentais maintenant prêt pour mon but et je me suis donc mis en direction de la base marine la plus proche.



Epilogue

Désormais, L'homme le plus beau du monde, c'est-à-dire moi, s'était enrôlé au sein du Gouvernement en tant que membre de la Marine. Bien entendu, j'ai commencé avec un poste de seconde zone pour finalement augmenter petit à petit. Je haïssais ma vie. Je n'aimais pas voir ces uniformes et ces couleurs qui me dégoûtaient, je n'aimais pas non plus me sentir constamment sous les ordres de quelques abrutis qui se croyaient supérieurs à moi. Pourtant, je continuais. Il fallait dire que l'on m'avait habitué à vivre une vie que je détestais plus que tout. Seulement, je me demandais si toute ma vie allait ressembler à cela. Je me demandais si je devrais être tout le temps là où je ne me sens pas à ma place ou bien si un beau jour, je pourrais enfin exprimer un sourire à nouveau. Tout cela, ce sera le futur qui me le dira.


► Test RP ◄



•• Test RP ••



*Votre Texte Ici*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seith A. Hallorhan

avatar


Feuille de personnage
Niveau:
7/40  (7/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Maitrise des revolvers

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Lun 24 Déc - 10:35

Désolé, encore une fois, pour le double-post, mais j'ai fini ma nouvelle pres' !

Bonne lecture Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leck Demonis
Admin
avatar


Feuille de personnage
Niveau:
0/40  (0/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Kage Kage no mi

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Lun 24 Déc - 16:43

Français : 33%Qualité : 14%
Cohérence : 10%
Quantité : 6%

Total : 63%
Niveau : 11 x 63% = 6.93. Lvl 7
Appréciation :
Beaucoup d'incohérences, les marines te sauvent puis te vendent et ses deux choses sans raisons. ne parlons pas du reste de l'histoire. La qualité, de ce fait, en pâti et c'est très dommage ! Toutefois, tu as un très bon potentiel, on vois que tu es allé vite en écrivant cette histoire. Donc je ne m’inquiète pas pour ton évolution dans le jeu.
PS : La mort m'a aider à te noté Wink.

attendons un second avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiecerpg.creer-forum.com
Leck Demonis
Admin
avatar


Feuille de personnage
Niveau:
0/40  (0/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Kage Kage no mi

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Mar 1 Jan - 14:42

Désire tu un Test RP ?
[info : Le mero mero no mi est "mangeable" a partir du lvl 8, tu peux cela le réserver car tu as le lvl 7.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiecerpg.creer-forum.com
Seith A. Hallorhan

avatar


Feuille de personnage
Niveau:
7/40  (7/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Maitrise des revolvers

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Mar 1 Jan - 17:40

Si je peux le réserver alors, je préfère passer au RP :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leck Demonis
Admin
avatar


Feuille de personnage
Niveau:
0/40  (0/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités: Kage Kage no mi

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Mar 1 Jan - 17:42

très bien je te laisse donc le réservé sur la page suivante : Réservation du fruit du démon.
Et commencer ta fiche technique (pour passé au RP)

Validée lvl 7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiecerpg.creer-forum.com
Siegfried Hawking

avatar


Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Expérience:
0/150  (0/150)
Fruit du démon / capacités:

MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   Jeu 3 Jan - 13:01

Français : 31%

Qualité : 15%
Cohérence : 11%
Quantité : 10%

Total : 67%
Niveau : 11 x 67% = 7.37 = Lvl 7

Appréciation : Des petits points ne sont pas très logiques dans le récit, surtout à partir de la vente au marché d'esclaves. (Par exemple il n'y a pas d'esprit de groupe entre les esclaves qui devraient normalement et selon toute vraisemblance prendre soin du garçon qui n'est âgé que de 5/6ans. De plus, je suppose que les autres savent ce que c'est que de servir les jumeaux puisqu'avant l'arrivée du petit, c'était eux qui le faisaient. Un fruit du démon détenu par un riche se trouverait dans la cuisine sans protection? Certes dans un coffre mais un fruit du démon, ça se garde en lieu sûr.)
Quelques répétitions de termes évitables par endroits et à certains autres tu places des virgules inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seith A. Hallorhan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seith A. Hallorhan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questions sur la Seith Magic (animal possession)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece RPG : Remember Of Another World :: Préface :: Personnages :: Présentations-
Sauter vers: